La Pub, partie 2 : publicité et démocratie

Nous avons terminé la première partie  de notre article sur la publicité par cette affirmation : la publicité est néfaste sur le plan démocratique. Afin d’étayer ces propos, je répondrai dans cette seconde partie à deux questions : qui possède le pouvoir de promouvoir son produit ou son organisation par une publicité ? Comment sont perçues et acceptées les publicités par les français-e-s ?

1/ Pour quel compte les publicités sont-elles diffusées ?

Nous l’avons vu dans la première partie de cet essai, la publicité permet de créer des demandes. Elle permet aussi de pousser les consommateurs et consommatrices vers certains « produits », mais pas tous : le système publicitaire favorise une poignée de grandes organisations, qu’il s’agisse de grandes entreprises ou d’organismes dépendants de l’État. C’est moins évident pour la publicité locale, ou celle sur internet, plus accessible financièrement, mais ces deux marchés sont beaucoup plus atomisés. Effectuer une campagne publicitaire coûte cher : sans même parler des coûts de production, une campagne publicitaire coûte au minimum des milliers d’euros, et souvent bien plus. Certaines entreprises, par exemple des secteurs alimentaire ou automobile, dépensent ainsi des dizaines ou centaines de millions en frais publicitaire chaque année.
Ce n’est pas une chose que les plus petites entreprises, et moins encore les particuliers, peuvent se permettre. Ainsi, seule une minorité d’organisation a recours à la publicité. Par exemple, pour la France, 66 000 annonceurs ont diffusés des publicités en 2018 alors que la France compte 2,7 millions d’entreprises (tout en sachant que les entreprises faisant de la publicité en France ne sont pas forcément françaises).

Le type de discours admis est certes réglementé, puisque des lois et institutions limitent la diffusion de publicité concernant certains secteurs (alcool, tabac,…), ou la nature des messages (la pub doit être non-discriminante, « ne pas choquer les convictions religieuses, philosophiques ou politiques des téléspectateurs » etc).
Malgré ces quelques limites, qui sont parfois floues ou mal suivies (nous avons parlé des effets parfois délétères des publicités dans notre précédente partie), c’est tout de même un pouvoir symbolique d’envergure donné à une minorité d’organisation, des entreprises mais aussi l’état ou des organisation sous sa tutelle, pouvoir que ne possède pas l’immense majorité des citoyen-ne-s puisque l’affichage public « libre » est limité à quelques panneaux par ville, beaucoup moins nombreux que les dispositifs publicitaires (exemple de Paris)
Cet écart entre la possibilité d’expression de certaines organisations et les plus petites ainsi que les particuliers est une forme d’inégalité, et il conviendrait selon nous de la combattre.

2/ Les français-e-s acceptent-ils la publicité ?

Une autre question qu’il convient de se poser est : quel est l’attitude des français-e-s par rapport à la publicité ?

Concernant la publicité extérieure, les chiffres de la consultation publique menée dans la métropole de Lyon sont sans appel : les habitant-e-s ayant répondu souhaitent que la publicité prennent le moins de place possible dans l’espace public. Pour autant, rien n’indique que cela se traduira par des actes, ni même que les nouveaux dispositifs publicitaires envisagés ne soient pas mis en place.
Les sondages que j’ai consulté indiquent également l’image défavorable que les français-e-s ont de la publicité. Ils et elles sont majoritairement opposé-e-s à la publicité sur le net comme dans les autres médias.
L’absence d’attention accordée à la publicité, et les stratégies d’évitement illustrent le fait que la publicité est en moyenne perçue bien plus comme une gêne que comme l’opportunité de découvrir des nouveaux produits.

Il semble donc que la publicité n’est pas souhaitée par la majorité de la population, qu’elle est subie et évitée lorsque possible, et qu’elle profite surtout à la minorité capable de s’y afficher. Au vu de ces éléments je pense que pour des raisons économiques, écologiques mais aussi de démocratie, le volume et les formes actuelles de la publicité devraient être drastiquement réduites.

Conclusion : Comment lutter contre la publicité ?

Aujourd’hui, en France, nombreuses structures militent et luttent contre la publicité, et notamment (mais pas uniquement !) contre la pub en extérieur : citons les Résistance à l’Agression Publicitaire (R.A.P.), présent à Paris et dans de nombreuses villes : le collectif Casseurs de pub le collectif des déboulonneurs ainsi que des groupes plus locaux, par exemple à Lyon ou à Marseille.
L’association Paysages de France, elle, se bat contre l’affichage illégal.

2 réflexions sur “La Pub, partie 2 : publicité et démocratie

  1. Merlin

    Salut ami chevelu,

    Petite coquille quand tu parles de Lyon, il est question de « niveaux dispositifs » mais je pense qu’il s’agit de « nouveaux dispositifs », non?

    Petite mise en garde contre la généralisation abusive aussi, quand tu dis que « les Français sont opposés à la publicité sur le net », d’après ta source, il apparaît que 36% trouvent que c’est au moins « une assez bonne chose ».
    On est bien d’accord sur le caractère majoritaire de ceux qui sont plutôt contre, mais entendre parler des Français comme un tout homogène a plutôt tendance à m’agacer.
    Remarque, peut-être partagent-ils tous d’être des imbéciles heureux qui sont nés quelque part…

    Sinon, deux bons articles je trouve.

    Aimé par 1 personne

  2. Merci pour tes retours, Merlin.

    Il est vrai qu’il manque un « majoritairement » que je vais ajouter de suite, je suis d’accord avec toi concernant la nécessité d’être nuancé quand les chiffres le sont.

    J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s